ALLEMAGNE | UNE ÉTUDE INÉDITE SUR LES FESTIVALS ALLEMANDS

Mieux appréhender le paysage musical en Allemagne, c’est ce que propose l’office national de statistique du land Hesse avec une étude à l’échelle nationale des festivals 2015. En amont de cette étude, le projet de «construction d’une unité des statistiques culturelles » initié en 2014 par le ministère de la culture et des médias et la conférence interministérielle de la culture. Ce projet a fait suite à une prise de conscience du manque de données concernant le paysage culturel allemand.

Menée auprès des organisateurs de festivals, l’étude porte sur 554 événements. Le choix des festivals interrogés s’est fait selon certains critères : une programmation variée, majoritairement musicale et une attractivité relativement importante. Les données apportent ainsi des informations sur les caractéristiques des festivals allemands, leur organisation mais aussi leur public.

Caractéristiques majeures
Depuis la fin des années 70, le nombre de festival ne cesse de croître. Plusieurs vagues de créations ont été constatées : dans les années 20, à la fin des années 70, et de 2005 à 2010.

La grande majorité des festivals (90%) ont lieu une fois par an, principalement de juin à août,  avec un pic la dernière semaine de juillet (15% des festivals de l’année). Une des raisons avancée serait l’importance des open airs, représentant 40% des festivals.  Il n’y a cependant pas de durée type : 19% des festivals sont sur 3 jours et 15,4% sont sur plus de 15 jours.

La majorité des festivals allemands sont de relative petite envergure, avec moins de 5 000 visiteurs (52%). Les festivals accueillant pus de 50 000 spectateurs ne concernent que 8%  de l’ensemble des événements.

Le nombre de festivals varie selon les régions. Ainsi la Bavière propose le plus grand nombre de festivals dont 30% accueillent entre 2000 et 5000 visiteurs. Hambourg compte le plus de festivals de plus de 50 000 visiteurs (39%), alors qu’au Schleswig-Holstein ont lieu davantage de festivals accueillants moins de 2000 visiteurs (47%).

Concernant les lieux, les événements se tiennent majoritairement dans des lieux privés (60%), mais également dans des espaces publics (32%).

Styles de musique
Concernant la programmation, l’étude montre que la plupart des festivals proposent en moyenne quatre différents styles de musique. Bien que le rock soit le plus représenté, ce sont davantage des combinaisons de différents genres qui sont courantes : rock et pop (35,6%), rock et punk (24,7%), jazz et musiques du monde (20,6%), musique électronique, pop et rock (20,3%).

Les festivals de musiques électroniques sont les plus récents, avec une existence moyenne de 8 ans. Majoritairement organisés dans des espaces publics et de courte durée, ils sont pour la plupart de taille moyenne (10 000-50 000 visiteurs)  à grande (+50 000).

Les festivals proposant majoritairement de la musique rock sont les plus fréquents. Moins importants et donc de budget moindre, leur durée est à 80% de moins de 3 jours.

Les festivals de métal sont ceux ayant le public le plus international, du fait de la communauté de fans restreinte mais mobile. À plus de 50 euros la place en moyenne, les prix sont parmi les plus chers.

Les festivals de musique pop accueillent pour la plus grande partie entre 10 000 et 50 000 visiteurs. Pour un billet moyen de 21 euros, la plupart des festivals propose des places debout (60%) pour une durée moyenne de 3 jours.

Les événements jazz, musique du monde et musique contemporaine, ont une durée moyenne de plus de 3 jours : 50% des festivals de jazz durent ainsi entre 3 et 7 jours. L’étude montre que 20% de l’ensemble des festivals sont de jazz/musique du monde. À noter que les festivals de jazz sont majoritairement de petite taille, avec moins de 2000 visiteurs.

Les musiques classiques, baroques et anciennes sont représentées dans les festivals existant en moyenne depuis plus de 25 ans. D’une durée de plus de 15 jours pour la majorité d’entre eux et dans des lieux clos proposant en général des places assises (pour 86% des événements), le prix moyen des événements est le plus cher avec 53 euros.  Afin d’attirer un public plus large, 80% des événements proposent des tarifs réduits.


Public
À l’échelle nationale, près de la moitié des visiteurs sont régionaux. Pour autant, des différences se dessinent entre les régions : à Berlin/Brandenbourg, le public est davantage international contrairement aux régions de Thuringe et de Saxe-Anhalt, où le public est principalement régional.


Organisation
L’organisation est le plus souvent privée (70%), principalement au travers d’associations. Une partie des événements sont cependant organisés par les pouvoirs publics (25%) ou encore par l’Eglise (3%). Concernant la part de bénévoles, l’enquête souligne la difficulté d’identifier leur nombre. Pour autant, les petits festivals sont pour 80% d’entre eux partiellement ou entièrement organisés par des bénévoles. Côté financement, ce sont les entrées qui représentent la source principale de revenus, avec des prix en moyenne de 29 euros (pour l’événement ou la journée d’un festival). Viennent ensuite les aides publiques, le sponsoring et les dons. Le budget des festivals est pour la plupart entre 50 000 et 150 000 euros  (29%) et plus de 250 000 euros (28%).

Au total, les plus importants festivals d’Allemagne ont accueillis plus de 32 millions de visiteurs en 2015, ce qui souligne l’importance des festivals de musiques dans le paysage culturel allemand. Cette étude étant quantitative, elle fournit des informations chiffrées et se base seulement sur les réponses des organisateurs de certains festivals. Pour autant, elle apparaît comme un premier pas dans le développement d’études nationales sur l’environnement culturel en Allemagne, que l’office des statistiques de la région Hesse souligne comme étant nécessaire.

0